Friday, 26 October 2012

Let me introduce you to Ana - Cook of Vent d'Est

I would like to introduce you to some people I meet in Moldova.
The first one is Ana, cook of Vent d’Est. I am lucky to enjoy her meals and company when I'm in Horodiste. Ana is since August 2011 cook for Vent d’Est in Horodiste. She is responsible for the meals offered to the many volunteers and visitors that come to the village.
 

A lunch in Horodiste prepared by Ana (left)















Name: Ana
Marital Status: Single mother of 2 boys

Date of birth: 10-03-1979
Place of birth, living and work: Horodiste (Rezina region)
Hobby’s: Collecting small calendars and reading (e.g. about astrology and health)
Favourite food: Fish, vegetables, smashed potatoes, deserts (yoghurt and ‘Torta Napoleon’) and chocolate

Favourite music: French, Russian and Moldovan calm music (e.g.: Ion Rata, Vasile Macovei, Philip Kirkorov, Patrick Bruel, Garu)
Favourite sport: gymnastics
Favourite movie: Science fiction movies


I don’t like: hypocrisy
I like: cooking
My idol: Micheal Jackson - ‘After he died I start reading about him and I was impressed by the things he had done. -
My dream: to have a happy family

Favorite place in Moldova: the Vent d’Est kitchen;), Gorges of Tipova, Stefan cel Mare monument in Chisinau

What I like about Moldova: religious celebrations (easter, Christmas, ‘florile dalbe’ and other religious celebrations)
What I don’t like about Moldova: lack of appreciation of education
My tips for visitors to Moldova: Go to Horodiste

What I would like to see in Moldova: Orhei Vechi, museum in Chisinau and ‘Metro’ in Chisinau

Picture of Ana by Amélie
I asked her to share her favorite recipe: Smashed potatoes

Ingredients
1 kilo of potatoes
300 gram milk
50 gram butter

Half a teaspoon of salt
Cumin

Instructions
Boil the potatoes, drain the water (but keep it) and smash the potatoes.

Add butter, milk, salt and cumin and eventual some extra water (use the water you cooked the potatoes in)

Suggestion
Serve it with fish and a tomato salad


Permettez-moi de vous présenter ... Ana - Cuisinière de Vent d'Est

Je voudrais vous présenter quelques-unes des personnes que j'ai rencontrées en Moldavie. La première est Ana, cuisinière de Vent d'Est. J'ai la chance de profiter de ses repas et de sa compagnie quand je suis à Horodiste.

Ana est depuis août 2011 la cuisinière de Vent d'Est àHorodiste. Elle est responsable des repas proposés aux nombreux volontaires et aux touristes qui viennent au village.

Nom: Ana
État civil: Mère délibataire de 2 garçons
Date de naissance: 03/10/1979
Lieu de naissance, de résidence et de travail: Horodiste (région de Rezina)

Passe-temps: Collectionner des petits calendriers et lecture (par exemple sur l'astrologie et la santé)
Nourriture préférée: le poisson, les légumes, la purée de pommes de terre, les desserts (yaourts et  « Tarte Napoléon » ) et le chocolat
Musique préférée: la musique française, russe et la musique moldave calme (par exemple: Ion Rata, Vasile Macovei, Philip Kirkorov, Patrick Bruel, Garou)
Sport favori: la gymnastique
Genre de film préféré: les films de science-fiction

Je n'aime pas: l'hypocrisie
J'aime: la cuisine
Mon idole: Michael Jackson – « Après sa mort, j’ai commencé à lire à son sujet et j'ai été impressionnée par les choses qu'il avait faites. »
Mon rêve: avoir une famille heureuse

Lieu préféré en Moldavie: la cuisine de Vent d’Est J, les gorges de Tipova, le monument Stefan cel Mare à Chisinau
Ce que j'aime à propos de la Moldavie: les fêtes religieuses (Pâques, Noël, «Florile dalbe » et d'autres célébrations religieuses)
Ce que je n'aime pas à propos de la Moldavie: le manque d'appréciation/ valorisation de l'éducation/l’enseignement
Mes conseils pour les touristes: aller à Horodiste
Ce que je voudrais voir en Moldavie: Orhei Vechi, les  musées de Chisinau et le magasin «Metro» à Chisinau

Je lui ai demandé de partager sa recette préférée: la purée de pommes de terre

Ingrédients :
1 kg de pommes de terre
300 g de lait
50 g de beurre
Une demi-cuillère à café de sel
Du cumin

Instructions :
Faire bouillir les pommes de terre, les égoutter  (mais garder l’eau) puis les écraser.
Ajouter le beurre, le lait, le sel et le cumin et éventuellement un peu d'eau supplémentaire (utiliser l'eau dans laquelle vous avez fait cuire les pommes de terre).

Suggestion:
Servir avec du poisson et une salade de tomates

Wednesday, 24 October 2012

Crossing borders - Cycle trip to Horodiste visiting Orhei Vechi and Transnistria



This weekend I took my bike for a trip to Orhei Vechi. I first went to Cricova, one of the biggest wine cellars in Moldova and in the world. I decided to postpone a tour and kept on cycling to Orhei Vechi. From Chisinau until Orhei Vechi it takes only around 50 kms. As this was the first time I went to Orhei Vechi I took the main roads, but next time I will definately check out the good looking side roads.  
Welcom in Cricova
Bienvenue à Cricova
Winefields near Cricova
Vignobles près de Cricova

Just before I arrived in Orhei Vechi a car stopped and asked me where I was coming from and what I was doing. ‘They’ turned out to be the owner of an ecopension in Butuceni and a tourism consultant of the Dutch and German government. They invited me to come and see the agropension. Besides a very comfortable night, it was also very interesting to hear the experiences and ideas of the consultant and the owner of the ecopension.

A mill near the road to Orhei Vechi
Un moulin proche de la route menant à Orhei Vechi

Autumn
Automne

The temporarily closed museum in Ivancea
Le musée (temporairement fermé) d’Ivancea

Orhei Vechi

Orhei Vechi

Orhei Vechi

A comfortable bed with a Moldovan carpet on the wall
Un lit confortable avec tapis moldave accroché au mur

The view from the agropension
Vue depuis l’agro-pension

The stove in the wall
Poêle dans le mur
Saturday I cycled further to Horodiste. I was planning to go to Molovata, next to the Nistru river, but as I started late I chose another road. Most roads where good sand roads and with the sun in my face and the autumn colours surrounding me I cycled happily to Horodiste:)

Rural landscape along the river Raut
Paysage rural le long de la rivière Raut

Good sand roads
Bonnes routes de sable
More good sand roads
Encore une bonne route de sable

The grass is alwasy greener...
L’herbe est toujours plus verte…

Sunset close to Horodiste
Coucher de soleil près d’Horodiste
 
In Horodiste I was as usual welcomed by Ana and with a good filled stomach I slept very well.
On Sunday I gave the bike a rest. Together with Ana and Bobik (the dog) I walked to a natural source, close to the village

The dog of Vent d'Est (Cacahuete or Roger) who is supposed to guard the ecopension escaped.
Coucher de soleil près d’Horodiste
 
Walking to the water spring
Vers la chute d’eau
Monday I started early to go back to Chisinau. I wanted to go back by passing the Nistru river as it is supposed to be very beautiful. Passing the Nistru river also means passing the border between Moldova and Transnistria. Officially Transnistria is part of Moldova, but they have their own government and they also have border controls. There are many stories about crossing the border to Transnistria, so I didn’t know what to expect. Although I heard that Molovata noua is still part of Moldova there was a military post there. They didn't ask me anything so I cycled further in the direction of Dubasari. I wanted to cross the river back to Moldova at the next bridge, but that was not possible. The soldiers told me that here only Moldovan people can cross and that I should take the next bridge in Dubasari. They couldn't explain why. At the post in Dubasari they asked me for the registration form which I didn't have, but after I explained I came from Molovata they registered me and I could continue my trip. So despite the warnings in the guidebook, I was lucky to meet friendly soldiers. Or do you need to be very unlucky to meet a bad one?
 
The morning started with fog which created a mystic feeling…

Morning fog
Brouillard matinal

A lot of bouncing on this road
Beaucoup de bosses sur cette route

Herd of goats
Troupeau de chèvres


A boat in the clouds???
Un bateau dans les nuages???

was when I realized I cycled near the river
Puis j’ai realize que je roulais près de la rivière

Along the river
Le long de la rivière

Close to Viscauti
près de Viscauti

Close to Molovata
Près de Molovata


The boat to Molovata noua
Le bateau menant à Molovata noua

Ce week-end, j'ai pris mon vélo pour aller à Orhei Vechi. Je suis allée à Cricova, l'une des plus grandes caves à vin de Moldavie et du monde. J'ai décidé de reporter à une autre fois la visite guidée des lieux et ai continué à rouler jusqu’à Orhei Vechi. De Chisinau à Orhei Vechi, il n’y a qu’une cinquantaine de kilomètres. Comme c’était la première fois que j’allais à Orhei Vechi, j’ai suivi les routes principales mais la prochaine fois, je me renseignerai et prendrai des routes secondaires en bon état. 

Juste avant d’atteindre Orhei Vechi, une voiture s'est arrêtée et m'a demandé d'où je venais et ce que je faisais. Le conducteur s’est avéré être le propriétaire d'une éco-pension située à Butuceni (village à côté d’Orhei Vechi) et un consultant en tourisme des gouvernements néerlandais et allemand. Il m'a invité à venir visiter son établissement. En plus d'une nuit très confortable, c’était également très intéressant d'entendre les expériences et les idées du propriétaire de l’éco-pension.

Samedi, j'ai dépassé Horodiste. J'avais l'intention d'aller à Molovata, à côté de la rivière Nistru, mais étant partie tard, j'ai choisi une autre route. La plupart des routes étaient de bonnes routes de sable et le soleil dans les yeux et les couleurs de l’automne tout autour de moi, j’ai roulé gaiement vers Horodiste :)


A Horodiste, jai comme d'habitude été très bien accueillie par Ana et le ventre bien rempli, j'ai très bien dormi.

Le dimanche, j’ai donné un peu de repos à mon vélo. Avec Ana et Bobik (le chien d’Ana), nous avons marché jusqu’à une source naturelle.

Lundi, je suis partie tôt pour rentrer à Chisinau. Je voulais revenir en arrière en passant par la rivière Nistru car c’est censé être très beau. Traverser la rivière Nistru, c'est aussi passer la frontière entre la Moldavie et la Transnistrie. Officiellement, la Transnistrie fait partie de la Moldavie mais elle a son propre gouvernement et des postes de contrôle aux frontières. Il y a beaucoup d'histoires sur le franchissement de la frontière en Transnistrie et je ne savais pas à quoi m'attendre. Même si j'ai entendu dire que Molovata noua fait toujours partie de la Moldavie, il y avait un poste militaire. On ne m’a posé aucune question et j’ai donc continué à rouler en direction de Dubasari. Je voulais traverser la rivière vers la Moldavie au prochain pont mais ce n'était pas possible. Les soldats m'ont dit que seuls les Moldaves peuvent traverser ce pont-là et que je devais atteindre le prochain pont à Dubasari. Ils n’ont pas pu m’expliquer pourquoi. Au poste de Dubasari, on m’a demandé un formulaire que je n'avais pas, mais après leur avoir expliqué que je venais de Molovata, j’ai pu poursuivre mon voyage. Ainsi, malgré les avertissements contenus dans le guide, j'ai eu la chance de rencontrer des soldats amicaux. Ou peut-être faut-il est très malchanceux pour tomber sur un soldat malintentionné ?





Wednesday, 17 October 2012

Flavour your day with Ukrainian Varenyky (or call them perogy, colţunaşi...)

The last week of September I had an on-arrival training in the Ukraine.




On arrival training in the Ukrainian Carpat Mountains
Formation d’arrivée dans les Carpates ukrainiennes!








Picture of the training: we also worked
Photo de la formation: nous avons aussi travaillé!











One of the things we learned was how to make Varenyky. Varenyky is a kind of dumpling similar toItalian Ravioli and it can be either savory or sweet, depending on the filling. Although Varenyky isconsidered to be a Ukrainian dish (and this is even disputed) it is also very popular in Moldova. Hurray, cultural diversity in Moldova.
 
We filled Varenyky with sweet brinza which makes it even more Moldovian (Brinza is used for almost everything in Moldova, for example placinta, syrniki and papanasi). I still have problems in distinguishing all these dishes so I am to stay here for one year and try it all.

Other popular filling for Varenyky are:  Sauerkraut, cheese, mashed potato, cabbage, meat, hard-boiled egg and fruit. They are usually served with onions, or smintana (sour cream), sugar, honey, etcetera.

Here is the recipe we used. I can’t give you the exact amount you should do it using your senses: feel it, taste and try it again.

Ingredients:

For the dough:
Flour
Salt
Egg (1 or 2 depending on the amount of flour)
Water

For the filling:
Soft white cheese for example cottage cheese or ricotto (and if you are lucky to be in Moldova buy Brinza)
Sugar

Utensils needed:
Rolling pin
Extra flour to prevent sticking
Pan to boil
Glass to cut rounds out of the dough

Preparation of the filling:
Mix the soft white cheese with sugar
 
Preparation of the dough:
Make a heap of flour and mix it with a little salt. Make a hole in the middle of flour hill, break one or two eggs in the hole, add some water and mix it with your hands. Add some more water if necessary.





 

 










How the dough should look like. Pictures of JBNG for the pictures.
Voià à quoi la pâte devrait plus ou moins ressembler. Photes des JBNG.


Then roll out the dough and cut rounds out of it with a glass.
Fill the rounds with a little bit of the cheese. Fold the dough over the filling to form a semi-circle or another shape of your preference. It is important to close it good or they will open while boiling them. Place the filled dumplings on a baking plate with flour and covert them with a little flour.

Let water boil in a large pot and put the vareniky in the pot. Once the vareniky is done get the out of the water with a slotted spoon and put them in deep serving bowl.

Place them on the table and enjoy!

If you don’t like cooking, but your mouth is already watering, then I can only recommend you to come to Moldova and taste it yourself.

La dernière semaine de septembre, j'ai eu mon « on-arrival training » (formation d’arrivée des volontaires européens) en Ukraine. Entre autres choses, nous avons appris à cuisiner des varenykys. Les varenykys sont une variante des raviolis italiens et peuvent être salés ou sucrés, selon la garniture. Bien que les varenykys soient considérés comme un plat ukrainien (et ceci est d’ailleurs contesté), ils sont également très populaires en Moldavie (et appelés en roumain « colţunaşi »). Hourra, vive la diversité culturelle !
Nous avons farci nos varenykys avec de la brinza dulce (sorte de faisselle), ce qui les rend encore plus moldaves étant donné que la brinza est utilisée presque partout en Moldavie: on la retrouve dans les placinta (feuilleté), les syrniki (sorte de crêpes au fromage blanc), les papanasi (beignets roumains), ou encore les clatites(crêpes), pour ne nommer que quelques plats. J'ai encore quelques problèmes pour distinguer tous ces plats mais j'ai la chance de rester ici pendant un an et de pouvoir tous les goûter !
Parmi les autres garnitures populaires pour les varenykys, on retrouve la  choucroute, le fromage, les pommes de terre en purée, le chou, la viande, les œufs durs et des fruits. Les varenykys sont habituellement servis avec des oignons,  de la 'smintana »(crème aigre), du sucre, du miel, etc.
 
Voici la recette que nous avons testée en Ukraine. Je ne peux pas vous donner les portions exactes, aussi vous devrez vous servir de vos sens : malaxez, goûtez et essayez à nouveau !

Ingrédients:



 
Pour la pâte:
Farine
Sel
Oeuf (1 ou 2 en fonction de la quantité de farine)
Eau
Pour la garniture:
Fromage blanc (type faisselle ou ricotta par exemple)
Sucre
Utensiles nécessaires:
Rouleau à pâtisserie
Farine supplémentaire pour empêcher que la pâte ne colle
Casserole pour faire cuire les varenykys
Verre pour découper des ronds dans la pâte
 
Préparation de la garniture:
Mélanger le fromage blanc avec le sucre
Préparation de la pâte:
Faire un tas de farine et ajouter le sel, mélanger. Faire un puits au milieu de la farine, casser un ou deux oeufs dans le puits, ajouter un peu d'eau et mélanger avec les mains. Ajouter un peu d'eau si nécessaire.
La pâte doit plus ou moins ressembler comme le photo au-dessus.
Ensuite, étaler la pâte et se servir du verre pour découper des ronds.
Remplir chaque morceau de pâte avec un peu de fromage. Replier la pâte sur la garniture pour former un demi-cercle ou une autre forme de votre choix. Il est important de bien fermer les varynikys car ils risquent de s’ouvrir lors de la cuisson dans l’eau. Placer les varenykys ainsi créés sur une plaque de cuisson farinée et les saupoudrer de farine.
Faire  bouillir l'eau dans une grande casserole et ajouter les varenykys. Dès que les varenykys flottent à la surface, les retirer du feu et les égoutter. Servir dans un bol.
Bon appétit !
Si vous n'aimez pas cuisiner mais que vous salivez déjà à l’idée de ces varenykis, alors mon seul conseil : venez en Moldavie et goûtez vous-même !
 
 



Tuesday, 16 October 2012

News headlines in Moldova


I try to follow the news in Moldova by looking at the website: www.moldova.org. It doesn’t only provide news about Moldova and the world, but it also gives background information about Moldova, Moldovan recipes and they have a so-called picture of the day which gives literally a nice picture of Moldova. Most articles are only in Romanian and Russian, but some articles are translated in English as well. To read the other articles I still need translate.google.com.
As some people in the Netherlands asked me what is in the news in Moldova here are some headliners of last week:
14 October 2012
About Transnistria, an internationally unrecognized entity, east of the Nistru river in Moldova.
11 October 2012
About possible EU membership of Moldova.
10 October 2012
Migration is another popular headliner as many people in Moldova work in other countries.
10 October 2012
The energy prices are an ongoing issue.
5 October 2012

What language do they speak in Moldova? According to the constitution the official language is Moldovan. However, Moldovan language is very similar to Romanian language: then should we call it Moldovan or Romenian?


Les gros titres des journaux en Moldavie
J'essaie de suivre les nouvelles en Moldavie en consultant le site www.moldova.org. Il publie non seulement les actualités moldaves et internationales mais donne également des informations générales sur la Moldavie, des recettes traditionnelles et propose chaque jour une « image du jour » qui donne une image positive de la Moldavie. La plupart des articles sont disponibles uniquement en roumain et en russe mais certains sont traduits en anglais. Pour lire les autres, j'ai encore besoin de Google Translate !
Comme certaines personnes aux Pays-Bas me demandent quelles sont les actualités en Moldavie, voici quelques gros titres de la semaine dernière:
"La Russie prête à reconnaître la Transnistrie "
14 octobre 2012
À propos de la Transnistrie, Etat non-reconnu par la communauté internationale et situé à l'est du fleuve Dniestr en Moldavie.

"José Manuel Barroso attendu en Moldavie fin novembre"
11 octobre 2012
À propos de l'éventuelle adhésion de la Moldavie à l’Union Européenne.

"A partir de 2013, les Moldaves seront exemptés de frais de visa lorsqu’ils rendront visite à leurs proches vivant dans l’UE"
10 octobre 2012
L’émigration/ immigration est un sujet populaire en Moldavie suite au nombre important de Moldaves partant travailler à l’étranger.

"La Russie ne réduira pas le prix du gaz pour la Moldavie"
10 octobre 2012
Les prix de l'énergie sont un problème toujours d’actualité.

«L’Académie des Sciences de Moldavie s’oppose à la consitution au sujet de la langue nationale"
5 octobre 2012
Quelle est la langue parlée en Moldavie? L’une des langues parlées est le russe (langue de communication interethnique) tandis que l’autre est le moldave. Cependant, la langue dite moldave est très proche du roumain parlé en Roumanie. Alors, moldave ou roumain?


 

Friday, 12 October 2012

Lost in the forest


Tuesday was a beautiful autumn day with plenty of sun. So what can you do better than go the forest and enjoy all the colors nature has to offer you in this time of the year? Only around 30 km of Chisinau there is a large forest named Codru or Codrii (plural). It is the oldest scientific reserve in Moldova. 

In the forest there are various famous monasteries. My aim for the day was to visit two of them Capriana and Condrita. At a website I read that close to the monastery of Capriana there is an oak tree where the national hero Stefan cel Mare had a rest and that there can be found some ancient wooden stares. As it is would be only around 40 kms to go there I thought I would have plenty of time to find out.

I planned to make a tour from Chisinau to Cojusna (with an old wine factory) to Capriana and then Condrita. See the map below. However, my map is not very detailed and the roads very winding. Moreover, there are many more roads then are shown on the map. Did I write roads? I should call them trails, sand roads, gravel roads, (wood)paths…) I followed the main track or at least I thought I did, but it didn’t take me to Capriana as I expected. Instead I stood eye in eye with a family of pigs.
 
eye in eye with mama pig
nez à nez avec mama pig
 
 
Now I am really lost I thought (thinking it were some wild pigs), but in fact I reached the village of Condrita and the family of pigs belonged to a friendly young couple working in the garden. With their help I could position myself on the map again.

A little detour
Un petit détour
 
My next plan was to follow the road along the river to go to Capriana. I missed the crossing however (as the road was indicated on the map I didn’t expect it to be a wood path) and I made a great detour by going from Straseni to Capriana. Fortunately the road from Straseni to Capriana was very nice to cycle. It was already 15.45 when I finally reached Capriana. I needed to cycle at least 35 kms to go back to Chisinau so unfortunately I couldn’t spend a lot of time there.

Capriana monastery
Le monastère de Capriana 
 
On my way back to Chisinau I passed the Condrita monastery and some villages. When I finally arrived at my apartment in Chisinau the km counter told me I had cycled over 110 kms. I would like to come back to cycle more in the forest and to find the old oak tree and wooden stairs, or should I go to one of the many other monasteries?


Mardi était un jour d'automne magnifique très ensoleillé. Alors, qu’y-avait-t-il de mieux à faire que d'aller dans la forêt et de profiter de toutes les couleurs que la nature a à offrir en cette période de l'année? A seulement 30 km de Chisinau se trouve une grande forêt appelée Codru ou Codrii (au pluriel). C'est la plus ancienne réserve scientifique de Moldavie.

Dans la forêt, il y a plusieurs monastères célèbres. Mon objectif de la journée était de visiter deux d’entre eux : Caprina et Condrita. Sur internet, j'avais lu que près du monastère de Capriana se trouve un chêne au pied duquel le héros national Stefan cel Mare s’est reposé, et qu’à cet endroit on peut également voir un ancien escalier en bois. Comme il ne faut qu’une quarantaine de kilomètres pour y aller, je pensais que j'allais avoir beaucoup de temps pour découvrir ce site.

J'avais prévu de faire un circuit en partant de Chisinau via Cojusna (où l’on peut visiter une vieille usine de fabrication de vin) jusqu’à Capriana puis Condrita (Voir la carte ci-dessous.) Cependant, ma carte n'est pas très détaillée et les routes sont très sinueuses. En outre, il y a beaucoup plus de routes que ce qui est indiqué sur la carte. D’ailleurs, ai-je bien écrit « routes »? Je devrais plutôt parler de sentiers, de routes sableuses, de routes de gravier, de chemins (de forêts) ... J'ai suivi la voie principale (ou du moins c’est ce que je croyais), mais elle ne m'a pas mené à Capriana comme je m'y attendais. Au lieu de cela, je me suis retrouvée nez à nez avec une famille de porcs.

A ce moment-là, j’ai pensé que j’étais vraiment perdue (pensant  que les cochons étaient sauvages), mais finalement  je suis arrivée au village de Condrita et il s’est avéré que la famille de porcs appartenait à un jeune couple travaillant dans leur jardin. Avec leur aide, j'ai pu me situer sur la carte.
Mon prochain objectif était de suivre la route longeant la rivière pour aller à Capriana. Cependant, j'ai raté le croisement (étant donné qu’une vraie route était indiquée sur la carte, je ne m'attendais pas à un chemin de forêt...) et j'ai fait un grand détour de Straseni à Capriana. Heureusement, cette route s’est révélée très agréable. Il était déjà 15h45 quand j'ai finalement atteint Capriana. Je devais rouler encore 35 kilomètres pour revenir à Chisinau, donc malheureusement je n’ai pas pu passer beaucoup de temps au monastère.
Sur le chemin du retour, je suis passée par le monastère de Condrita et quelques villages. Quand je suis finalement arrivée chez moi à Chisinau, mon compteur affichait que j’avais pédalé plus de 110 kilomètres. Je voudrais retourner faire du vélo dans la forêt et trouver le vieux chêne et l’escalier en bois, mais j’hésite à continuer à visiter d’autres monastères.